Comme chaque année, les drapeaux de prières ont été renouvelés sur le centre à l’occasion du nouvel an tibétain (Losar) à la fin du mois de février 2020. Présent exceptionnellement pour ce moment, en raison du stage sur « Les émotions » qu’il donnait samedi 29 février et dimanche 1er mars à Dhagpo Perpignan, Lama Puntso a également accompli un rituel traditionnel de purification par la fumée.  Après plusieurs pratiques de la grande compassion (Tchenrezi) effectuées dans la semaine, la mise en place des drapeaux s’est accompagnée des souhaits traditionnels pour les êtres et le monde. Au vu des circonstances de ce début d’année, ils ne seront pas de trop.  

Comme toute nouvelle année, le nouvel an tibétain est une fête du renouveau. Dans la perspective bouddhiste, cette idée prend une valeur plus spirituelle : les jours qui précédent le losar sont ainsi traditionnellement l’occasion d’accomplir de nombreuses pratiques de purification avant que la réjouissance, les offrandes et les prières de souhaits ne viennent manifester ce renouveau pendant le losar.

Pour les bouddhistes occidentaux, fêter le nouvel an tibétain ne vise pas à maintenir par exotisme une tradition importée d’Asie, mais plutôt à se relier au sens de celle-ci ; c’est aussi une façon de rendre hommage au pays himalayen depuis lequel cette sagesse millénaire de l’enseignement du Bouddha a fini par descendre jusqu’ici…